Fécondité et écologie

Le b.a ba du mariage chrétien repose sur 4 piliers : la liberté, la fécondité, l’indissolubilité, la fidélité. C’est ce que dit l’Eglise aux couples qui ont l’intention de se marier religieusement. Mais à l’heure actuelle on peut se demander si la théologie catholique est en phase avec la réalité.

Le monde tel que nous le connaissons aujourd’hui sera-t-il encore habitable demain ? Le plastique envahit nos océans qui seront bientôt des mers mortes ; les déchets nucléaires seront toujours plus encombrants si l’on ne renonce pas à l’énergie nucléaire ; la biodiversité s’écroule dans tous les domaines du vivant et le réchauffement climatique qui est désormais en marche avec la montée des eaux, va considérablement réduire notre surface habitable. Tempêtes, inondations, pandémies et autres catastrophes naturelles, il faudra faire avec. Soyons lucides nous sommes en train d’écrire notre avenir en noir. Mais l’Eglise, elle, en faisant de la fécondité un pilier du mariage, continue à voir la vie en rose.

Dès la naissance l’être humain est un consommateur en puissance. Le nouveau-né a tout juste pointé le bout de son nez qu’il lui faut déjà tout un attirail pour vivre. Il va générer des déchets non recyclables et augmentera l’impact carbone global jusqu’à la fin de sa vie. Un de plus ne fait que s’ajouter aux milliards d’individus qui épuisent la planète. Si l’on veut être cohérent et sauver ce qu’il reste encore à sauver, il vaut mieux renoncer à avoir des enfants.

C’est du moins ce que l’idéologie ambiante voudrait nous faire avaler comme si nous n’avions d’autre choix que zéro enfant ou des naissances sans régulation. Entre les deux il y a place pour la nuance. L’homme n’est pas réductible à une courbe démographique, ni à ce qu’il consomme et à ses impacts sur l’environnement. L’écologie intégrale que défend le pape François c’est bien plus que ça. L’homme est créé à l’image de Dieu. Et si le Verbe s’est fait chair c’est bien parce que chaque être humain possède une dignité propre.

Dans le livre de la Genèse, Dieu bénit l’homme et la femme et leur dit : « Soyez féconds et multipliez-vous. » La fécondité que Dieu appelle de ses vœux est une bénédiction et non un problème. L’encyclique Amoris Laetitia le dit clairement : « Il faut toujours mettre en évidence le fait que les enfants sont un don merveilleux de Dieu, une joie pour les parents et pour l’Église. À travers eux, le Seigneur renouvelle le monde » (n° 222). Gageons que sans eux, il n’y a plus d’avenir, pas de renouvellement des générations et plus aucune chance que le monde change. L’avenir est entre nos mains. Engageons notre responsabilité et faisons le pari de la vie. La génération qui vient saura relever le défi si nous croyons en elle. Mais ne nous laissons pas voler notre avenir par les idéologues.

Guy Delage sj

Leave a comment

seize + 11 =