«Ce n’est pas d’en savoir beaucoup qui satisfait et rassasie l’âme, mais de sentir et de goûter les choses intérieurement» (Ex.Sp. de St Ignace) 

L’école de prière ignatienne propose, sur une année, un parcours de découverte de la prière telle que St Ignace la propose au cours des Exercices spirituels. Une prière qui prend en compte toute ma vie et tout mon être : corps, psychisme, mémoire, intelligence, volonté et liberté.

Afin d’entrer plus consciemment en présence de Dieu, plusieurs démarches sont proposées à chaque rencontre. La prière guidée est la première de ces démarches, qui va nous aider à contempler Dieu avec tous nos sens, à partir d’un texte d’écriture ou d’une situation de vie.

Quelques exemples:

Le baptême de Jésus

Nous vous proposons de contempler aujourd’hui une scène de l’Evangile de Marc.
Le texte se situe au début de la vie publique de Jésus, au moment où il quitte Nazareth, et choisit de se faire baptiser par Jean.

Le but de la prière guidée est de nous aider à entrer en relation avec Dieu. Au cours de celle-ci, sentez-vous donc très libres de ne prendre, dans les questions qui vont vous être suggérées, que ce qui vous aide à rencontrer Dieu, à demeurer en sa présence et ne vous en faites pas si à un moment vous perdez le fil de ce qui est proposé.
Arrêtez-vous là où vous vous sentez attiré. Peut-être que ce sera par une image, une parole, une situation… Ce sera votre rendez-vous personnel avec Dieu…

En ces jours-là, Jésus vint de Nazareth, ville de Galilée, et il fut baptisé par Jean dans le Jourdain. Et aussitôt, en remontant de l’eau, il vit les cieux se déchirer et l’Esprit descendre sur lui comme une colombe.
Il y eut une voix venant des cieux : « Tu es mon Fils bien-aimé ; en toi, je trouve ma joie. »

Traduction AELF

Pour écouter la prière guidée:

Ecole de Prière ignatienne du 1er octobre 2016


Relire un moment de ma journée

Nous allons aujourd’hui chercher Dieu non pas au cœur d’un texte biblique, mais au cœur même de notre vie.
Comment ? Et bien tout simplement en relisant le déroulement d’une de nos journées récentes.
Tout au long de sa vie, Ignace a fait cela : se retourner sur sa journée, pour y contempler comment Dieu y avait été présent. Non pas si il y avait été présent : pour lui c’est une certitude : le Seigneur nous accompagne pas à pas – mais comment il y avait été présent.
Aujourd’hui, nous vous proposons de faire ce même exercice.

Durant ce temps, je peux relire mon existence quotidienne avec les yeux du Seigneur, et j’apprends à aimer ma vie avec le cœur de Dieu. Je comprends ainsi que ma vie en vaut la peine, avec sa beauté, mais aussi ses côtés sombres et décevants. (André de Jaer sj, Vivre le Christ au quotidien)

Mais relire ma réalité quotidienne me dispose aussi à accueillir le futur : comment vais-je vivre la journée de demain ? Chaque jour, renouvelons ainsi l’alliance qui nous unit au Seigneur…

Pour écouter la prière guidée :

Ecole de Prière ignatienne du 5 novembre 2016


Le Bon Samaritain, mosaïque de M.I. Rupnik

Nous vous proposons aujourd’hui de contempler Dieu à partir d’une mosaïque. Celle-ci est l’œuvre du jésuite Marko Ivan Rupnik, et se trouve dans la cathédrale Almudena à Madrid, dans la Chapelle du Saint Sacrement.

• Ce jésuite slovène a travaillé avec des collaborateurs issus des deux traditions chrétiennes, orientale et occidentale, afin d’en faire « un signe de l’union de toutes les Églises », selon le désir du pape Jean-Paul II. C’est pourquoi son style est si proche des icônes et peintures chrétiennes orientales.

• La Chapelle du Saint Sacrement, où est exposée cette mosaïque, est aussi appelée la « Tour Eucharistique ». Elle illustre la puissance à la fois humanisante et divinisante de l’Eucharistie. En effet, si vous regardez les deux visages, vous voyez comme ils se ressemblent. Le Christ, en assumant le corps humain, assume toute l’humanité malade et blessée. Mais comme Fils de Dieu, il se penche aussi sur l’homme blessé, à moitié mort, pour le guérir.

L’Eucharistie, c’est ce corps du Christ qui s’unit au corps de l’homme. Lorsque nous la recevons, elle renforce la vie reçue au moment de notre baptême. Elle fait de nous une partie vivante du corps du Christ. Nous sommes alors en mesure de faire ses gestes, et de vivre non seulement selon le Christ, mais dans le Christ. A travers nous peut passer l’amour dont Il nous a aimés : « Tout ce que vous avez fait pour l’un de ces petits, c’est à moi que vous l’avez fait » (Mt 25, 40).

Regardons, et laissons-nous toucher, interpeller par cette scène…

Pour en savoir plus, consulter notre site:
Ecole de Prière Ignatienne

https://cecilegillete.wixsite.com/epi-lapairelle

3 506 vues